24 décembre 2013 Sébastien

La génération logique de contenus, une méthode de rédaction efficace !

La rédaction web : contexte

Quand on doit rédiger du contenu en ligne, et que le nombre de pages est important (> à 20 pages), cela devient vite difficile … et encore plus quand on est novice (mes clients par ex.). Trouver des idées, faire des phrases sur une thématique donnée n’est pas simple, et quand on ajoute les contraintes SEO c’est un véritable casse tête !

Bref, il est nécessaire d’être organisé, de fixer un cadre …

D’après les guidelines Google, le nombre de mots contenus dans le corps d’une page doit être d’environ 200 mots (je prends souvent de la marge, disons 300 mais ça peut descendre plus bas). Faisons les comptes rapidement … si il y a plus d’une vingtaine de pages à rédiger, ça fait dans les 6000 mots, soit 400 lignes de 15 mots à écrire …

nota : Ça représente un peu moins d’une 10 aine de feuilles simples A4 recto verso … disons une page A4 par page web, simple à retenir non ?

Mes clients ont du mal avec le contenu et l’écriture. En réalité, ce n’est qu’un problème de méthode … Il est nécessaire de {simplifier|lisser} tout ça et de les {guider|les mettre sur des rails} ! Aussi, j’utilise une méthode qui permet d’aboutir à des résultats satisfaisant …

Toc toc toc … y’a personne ?! CQQCOQP !

C’est une méthode mécanique (pas besoin de réfléchir). Son nom ? L’hexamètre quintilien … Mais c’est quoi ce truc ? Tout simplement, c’est une méthode de questionnement … une manière d’aborder un sujet de manière exhaustive. Et vous l’utilisez tous les jours sans le savoir …

C’est comme tout, avant de se lancer dans une nouvelle direction, il est nécessaire de se poser les bonnes questions avant !

Voila l’explication … prenons un sujet et appliquons ce questionnement QQOQCCP :

Lettre Question Sous-questions Exemples
Q Qui ? De qui, Avec qui, Pour qui… acteur, sujet, cible, fonction, …
Q Quoi ? Quoi, Avec quoi, en relation avec quoi… Outil, service, objet, résultat, objectif …
O Où ? Où, par où, vers où… Lieu, service, …
Q Quand ? tous les quand, à partir de quand, jusqu’à quand… Dates, périodicité, durée…
C Comment ? de quelle façon, dans quelles conditions, par quel procédé… Procédure, technique, action, moyens matériel …
C Combien ? Dans quelle mesure, valeurs en cause, à quelle dose… Quantités, budget …
P Pourquoi ?Pour quoi ? Cause, facteur déclenchantMotif, finalité, objectif Justification par les causes qui ont amené à … (la « raison » d’être, la croyance).Justification par le souhait, l’ambition, la prévision …

Inutile de retenir l’expression, il y a un moyen mnémotechnique pour ça … CQQCOQP !

nota : Je n’ai rien inventé, cette méthode est utilisée dans tous les domaines pour {définir|décrire} quelque chose (projet, produit, actions etc …). Beaucoup l’utilise pour structurer le contenu, aborder un sujet (et ainsi répondre à des questions), cette démarche va plus loin !

À chaque question élémentaire, une colonne dans laquelle on note des mots, leurs synonymes ou des variantes {symboliques|sémantiques}.

Pourquoi cette méthode est efficace ?

Quand un utilisateur est face à un problème, et qu’il utilise internet (un moteur de recherche), il posera généralement des questions du type : QUI QUOI OU, QUI QUOI COMBIEN, QUI OU etc …

Vous percutez ou pas ? Voici un exemple plus parlant … Un utilisateur est en panne d’internet, et recherche une solution à son problème (avec un smartphone en 3G hein) …

Voici des requêtes Google réalisées par les visiteurs d’un de mes sites :

  • assistance orange à domicile,
  • dépannage informatique grenoble,
  • réparation problème internet et wifi,
  • tarif informaticien dépanneur mac et internet en isère,

Bref, vous l’avez compris, pour un même problème, chaque personne aura une formulation différente de la demande (en fonction de son niveau de compétence, géolocalisation, contexte propre etc …). Demande que l’on ne peut connaitre à l’avance, et qu’il est possible {d’anticiper|de deviner|d’encadrer} … Soit par des outils de type SEM (SEMRush par ex.) non abordés ici, soit par cette méthode CQQCOQP. Et comme Google reconnait l’Exact Match (voire partial), cette méthode est parfaite pour récupérer un trafic qualifié avec la longue traine !

Démonstration par l’exemple …

Voici l’exemple d’un client qui travaille dans le monde de la production audiovisuelle (vidéo d’entreprise, film publicitaire, motion design etc …).

Après analyse du rapport d’audit, il en ressort que le terme « film d entreprise » doit être mis en avant dans la page relative à l’activité de « réalisation de films et production de vidéo« . Nous allons donc utiliser la méthode définie ci dessus dans ce contexte …

Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? Comment ? Combien ? Pourquoi ?
Pour quoi ?
– Fournisseur :
monteur,
caméraman,
producteur,
réalisateur,
équipe tournage
– Client :
entreprise,
association,
grand compte,
PME,
PMI,
agence de communication,
société …
– Format :
documentaire,
clip,
long metrage,
etc …
– Livrable :
films,
vidéos,
séquences,
clip,
animation,
DVD,
youtube,
storyboard,
scenario,
script,
court métrage …
– Objet :
processus de fabrication,
qualité,
maitrise,
usine etc …
– Lieu géographique :
quartier,
ville,
région,
département,
pays,
– Cadre :
montagne,
ville,
campagne,
– Lieu de tournage :
bureau,
usine,
entreprise,
contexte,
etc …
– Dates :
– Événement :
fête,
anniversaire,
congrès,
– Périodicité :

– Durée :
Procédure,
technique,
action,
moyens matériel,
– Cout :
tarif,
budget,
cout,
prix,
moyen
– Synonyme :
plusieurs,
– Période :
jour,
semaine,
mois,
année
– Objectif :
Image de l’entreprise,
projection magasin,
tutoriel,
formation interne,
communication,
nouveau produit,
publicité,
présentation produit,
etc …

Résultat ? Cette méthode permet de générer 50 à 100 mots sans trop d’effort, voire beaucoup plus …

nota : en moyenne entre 1/3 et 1/2 du boulot sur le contenu est déjà fait …

Ensuite, il suffira de remplir la page avec tous les mots ainsi générer, et en respectant les critères on page.

Par exemple, une fois mon contenu organisé sous forme de colonne, je {trace un trait entre|relie} chaque mot … ça fait presque des phrases qui peuvent être utilisées immédiatement (il manque verbe et liaisons).

nota : on peut ajouter d’autres {critères|contraintes} à cette méthode pour orienter le résultat. Cela ne sera pas abordé ici (univers sémantique, niveau de langue, audit SEM et concurrence, résultat SERP et corpus etc …).

Les clients sont à chaque fois épatés !

Intérêts et avantages

1 – Réduction des freins liés au processus créatif.

2 – Il y a un cadre, le rédacteur ne peut pas en sortir facilement (ou le détecte immédiatement).

3 – Découpage en éléments simples, c’est presque mécanique.

4 – Niveau SEO, c’est un générateur automatique de longue traine (EMI, EMQ).

5 – C’est validé et créé par le client.

6 – Le client participe à l’effort de création et production du site … il touche du doigt la difficulté relative à l’exercice (surtout quand il râle pour les tarifs !) !

7 – Compatible avec la notion de corpus développé par Chritian Méline (la méthode développée ici est plus simple à mon gout), c’est complémentaire en tout cas !

Comment (1)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

READY TO RUMBLE ?!

Contacter WAVE MAKERS !