1 janvier 2014 Sébastien

Refonte de site : l’adaptation à l’existant n’est jamais simple …

La refonte d’un site internet de manière générale n’est pas chose facile … C’est la reprise du travail d’une équipe qui a mis en œuvre des compétences, des outils, un savoir faire à un moment donné, avec un budget, et qui, parfois, a fait l’objet de conflits etc … Le site en ligne traduit à merveille ce contexte !

Quand le budget est serré, il est nécessaire de savoir s’adapter à l’existant … conserver le nécessaire, améliorer ce qui est possible. {Le dilemme|La problématique} ? Le temps à accorder à toutes les phases nécessaires pour évaluer les couts et atteindre l’objectif … au risque de dépasser le cout d’une refonte intégrale, voire de bouffer la grenouille !

Bref comment être efficace, comment reconnaitre et conserver l’essentiel, mettre de coté le superflu ?! Savoir chiffrer ce genre de projet est relativement complexe, et peut être source de conflits …

Par ailleurs, si un client demande une refonte, c’est que les objectifs ne sont pas atteints ou qu’ils ont évolué.

Ici, le rôle du professionnel (ma position) est d’évaluer la distance entre le « ou on est » et le « ou on va » (et donc les moyens à mettre en œuvre) et {d’accompagner|de guider} le client dans cette démarche.

La cible

Cahier des charges

Première étape … la définition du besoin ! Même si le client ne dispose pas d’un cahier des charges, il est nécessaire d’en {faire|}rédiger un ! Pourquoi ? Pour délimiter un cadre et des limites à la prestation ! Si on ne s’étend pas sur un objectif clairement défini, il sera difficile d’aboutir à un résultat … c’est un travail d’équipe long et difficile où tous les acteurs ont une place et un rôle à jouer !

Audit concurrence

Une {rapide|} étude sur les différents types d’adversaire auxquels fera face le site, si nécessaire, voire plus (SEM, CTR) …

Le site existant

iceberg-wikiQu’est ce qu’on conserve ? On garde le meilleur et jette l’inutile ! Utilisez votre expérience et intuition, comparez !

Le contenu

Un rapide coup d’œil sur la qualité et le « on page » donnera des indications … Idem pour l’esthétique et les images (poids, qualité, pertinence …).

Le code

Toutes les fonctions nécessaires pour atteindre l’objectif sont elles présentes ? Quel outil est utilisé, la maintenance est elle assurée par une tiers partie ? Bref, quelles dépendances et contraintes existent ils ? Sont elles acceptables ?

Une fois le bilan effectué, il est possible de mesurer la distance qui nous sépare de l’objectif ! Attention, cette analyse est consommatrice en temps, et souvent la refonte globale est proposée.

Le respect des objectifs !

Après analyses, les modifications à apporter restent souvent nombreuses … le choix est difficile ! Alors ne vous écartez pas des objectifs ! Et restez cohérent …

Par exemple, un site ne peut pas « {vendre|transformer} » si :

  1. il n’a pas de visiteur (donc de trafic),
  2. il ne rassure pas le client (références, design, images),
  3. il perd ses clients en route (ergonomie, contenu, vitesse chargement page),
  4. il n’a pas de produits (offre (globale), tarifs …)

Avec ces bases la, il est possible d’avancer !

Démonstration par l’exemple !

Voyons le cas du site de Sylvie GRIVEL, dont le site internet apporte peu de retour satisfaisant … Ma mission ? Apporter du trafic qualifié (et indirectement des clients) pour vendre ses formations sur l’assertivité.

La phase audit

  • Le site n’est pas présent sur les thématiques visées (presque uniquement sur le nom du site > EMD),
  • site sous WMaker, solution propriétaire pas très souple pour les besoins …
  • ergonomie à revoir, DC de partout, home en flash, pas d’optimisation SEO, pas d’analytics …
  • avantage : le client écrit (auteur d’un livre, quelques publications et passages TV / radio).

Proposition de refonte

Clairement, le client n’a pas les moyens de changer d’image, ni de faire un déménagement (changer le moteur CMS) … Voici les propositions (par ordre de priorité, à réaliser dans le temps) :

  1. rédiger 5 pages produits (rédaction + images) correctement (on page) + sensibilisation à la rédaction,
  2. travail sur le off page … blog comment / annuaire / faire tourner le réseau de relation pour récupérer du lien,
  3. revoir la home et header, restructuration du menu principal, mise en place analytics,
  4. ajouter du contenu nouveau et dans la thématique (développement partie blog), suppression du DC,
  5. mise en avant références, et travaux.
  6. simplification du formulaire de demande, coordonnées dans l’entête du site,
  7. campagne adword en amont de session formation,
  8. travail sur le trust (avis, et {commentaires|témoignages} on et off page,

Résultat

Le site de cette coach en entreprise s’est positionné (dans le top 10) en moins de 3 mois sur les thématiques recherchées. Après 10 mois, le R.O.I est toujours faible … voire néant (trafic moyen < 200 VU/m, niche avec peu de potentiel).

evolution-trafic-apres-refonteConcrètement, plusieurs touches (demandes formulaire et appels) mais pas de vente « SEO », alors que le trafic a augmenté (et il est bien ciblé). Le site est trouvé sur des requêtes pertinentes, visites longues (> 5min.) sur plusieurs pages mais {peu|pas} d’appel … Quelque chose ne tourne pas rond !

Après analyses, et investigations, il se trouve que les concurrents pratiquent des tarifs beaucoup plus attractifs (même si la qualité et l’offre n’est pas rigoureusement identique) … Trafic naturel ou payant cela ne changera rien si le client final compare les offres (ce qui serait apparemment le cas) !

Maintenant que le client a conscience de cette problématique, il va pouvoir travailler sur cet aspect et {prendre des décisions|faire des essais} qui s’imposent !

nota : avec le recul, la campagne adword aurait pu servir à vérifier cela dés le départ. Seulement vu l’état du site, je ne suis pas certain que la conclusion aurait été aussi aisée …

nota : il y a d’autres solutions à cette problématique (augmenter l’offre, changer l’image, affiliation, newsletter), mais ce n’est pas l’objet …

Sylvie Grivel est formatrice en communication et management pour les entreprises. Et également l’auteur d’un livre et plusieurs publications sur la thématique de l’assertivité, et de la confiance en soi.

Conclusion

Bref, tout ça pour dire quoi ?! Soyez ferme dans vos décisions et positions, ne vous laissez PAS marcher dessus ! Avec l’expérience, vous saurez à quoi ressemble la merde des autres et quoi accepter …

Vous aurez beau faire votre maximum, tenter de tout prévoir, le champ de vos compétences est limité (et si ce n’est pas le cas, le budget le sera lui) … délimitez bien le cadre de vos prestations ! Cela évitera des conflits ultérieurs dans une période ou le client est quelque peu volage

nota : j’en ai fait l’amer expérience dernièrement avec un fabricant de bateaux d’aviron (sous Joomla) … Client pour lequel j’avais réalisé un audit, et recommandé le changement du CMS. En effet, Joomla n’était pas adapté à ses compétences en l’état (pas de backoffice adapté), et que la ré-adaptation ainsi que les modifications demandées allaient couter plus cher qu’une refonte intégrale … Bilan, j’ai proposé du WordPress (pour économiser du temps sur le code) et devinez quoi … je me suis fait défoncer (et qualifié d’incompétent, et près de 16h à « l’eau ») !

Résultat (je garde le meilleur pour la fin) ? Six mois après, le client a fait refaire intégralement son site sous WordPress par une boite spécialisée sous Joomla (avec peu {de référence|d’expérience} sous WordPress). No comment !

crédit photos : Uwe Kils (iceberg).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

READY TO RUMBLE ?!

Contacter WAVE MAKERS !